Market Dystopia - Le nouveau roman d’anticipation d’Ashley Boolell


Ashley Boolell est de retour. Il a fait vite. A croire que le financier a souhaité débuter la nouvelle décennie comme il a terminé la précédente : en présentant une réflexion sur l’avenir à travers un roman. Ce dernier, le troisième écrit et publié en anglais après Killed In (2017) et The Disruptors (2018), se nomme Market Dystopia. Si cet ouvrage disposait d’un message de bienvenu, ce serait probablement le suivant : “Vous entrez dans un monde où l’espoir n’existe pas et où vos certitudes sur vos valeurs, vos principes et votre bienveillance seront brisées par la force, par la violence et par tout ce que vous haïssez sur votre personne et sur cette société construite par les métropoles des temps modernes.

Jamais Ashley Boolell n’a écrit avec autant de cynisme et n’a imaginé un univers aussi sombre que celui de Market Dystopia. Ses premiers romans semblent teintés de rose en comparaison. Ceux qui ont suivi son parcours d’écrivain se souviennent de Psycho Shark (roman en français publié en 2013), qui demeure sa réplique parisienne au Loup de Wall Street. A l’époque, il utilisait un style explosif pour confronter ses lecteurs à des traders fous, des manipulateurs à sang chaud et des nymphomanes aux dents longues.

Ce monde semble très loin à présent.

Avec Market Dystopia, l’écrivain s’attaque à des sujets beaucoup plus complexes. Son style d’écriture a certainement évolué mais il a conservé cette approche directe, et efficace, qui est sa marque de fabrique.

L’histoire du roman se déroule en 2053, une année visiblement maudite. Tous les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn...) qui ont été créés dans le premier quart du vingt-et-unième siècle ont disparu. Ayant rempli leur fonction consistant à rassembler des informations critiques sur leurs utilisateurs, ils ont été remplacés par une application unique : le Human Value Index (Indice de Valeur Humaine). Cette révolution se déclenche grâce à une nouvelle génération d'intelligence artificielle. Les individus vivant dans les grandes métropoles internationales (les “global cities” dans le jargon anglo-saxon) se voient assignés des valeurs qui fluctuent comme des actions en bourse. Ces valeurs s’expriment en points et sont déterminées par des critères établis par les élites.

L’indice de Valeur Humaine donne naissance à une nouvelle hiérarchie sociale au sein d’un monde qui voit la démocratie mourir pour de bon et la peine de mort effectuer un retour terrifiant. La mort se révèle par la condition suivante : tout individu dont la valeur passe en-dessous de 50 points est jugé inepte à apporter une contribution valable dans une métropole internationale et doit donc être éliminé. Les éliminations sont effectuées par des mercenaires urbains employés par une horreur appelée le Valuation Office (Le bureau des évaluations). Soulignons ici la présence de multiples références aux arts martiaux, un trait commun dans les romans d’Ashley Boolell.

Le verdict sur Market Dystopia est sans appel : ce roman est une attaque violente sur la bien-pensance et le sacro-saint monde des bisounours de pseudo-intellectuels qui adorent donner des leçons de vie aux autres. L’idée que la valeur humaine peut être chiffrée et que certaines vies valent plus ou moins que d’autres dans un système social entièrement axé sur l’économie, la productivité et le superficiel est un blasphème insupportable pour beaucoup.

Interrogé sur ce verdict, Ashley Boolell a donné la réponse suivante : “Dans un scénario classique, il y a les loups et les moutons, le bien contre le mal, le héros et le méchant, les puissants contre le peuple. Je trouve cette vision trop simpliste. J’ai écrit Market Dystopia avec l’idée suivante : le monde se moque éperdument des clans et des groupes qui s’affrontent. Quand viendra le temps de faire table rase, tous perdront. Tous. Sans exception. Cela laissera aux prochaines générations le soin de fixer leurs nouvelles règles et elles riront des bêtises et de la naïveté de ceux qui étaient avant elles.

Cela a le mérite d’être clair.

A propos de l'auteur :
Ashley Boolell est financier dans le domaine des matières premières. Il a débuté sa carrière à Paris avant de partir pour Londres où il réside depuis 2013. Ecrivain prolifique, il a publié six romans au cours de la précédente décennie en français et en anglais. Sa maîtrise des deux langues et son approche holistique le conduisent à aborder des sujets très variés au sein des ses romans.

Market Dystopia est disponible sur Amazon en livre de poche et format électronique sur les liens suivants :

Amazon France





Amazon UK
https://www.amazon.co.uk/Market-Dystopia-Ashley-BOOLELL-ebook/dp/B08K9G1DX
https://www.amazon.co.uk/Market-Dystopia-Ashley-BOOLELL/dp/B08L4FL26Y

Amazon US
https://www.amazon.com/Market-Dystopia-Ashley-BOOLELL-ebook/dp/B08K9G1DXK
https://www.amazon.com/Market-Dystopia-Ashley-BOOLELL/dp/B08L4FL26Y

Thierry Iochem
Lundi 2 Novembre 2020
Lu 634 fois

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Novembre 2020 - 10:10 Blockchain et actifs numériques

Jeudi 27 Août 2020 - 14:20 La blockchain au service de la finance

Mardi 18 Août 2020 - 11:49 L'immobilier demain - 2e édition

Mercredi 19 Février 2020 - 11:53 Fintech et Droit - 2e Édition