Planet-Fintech
L'actualité des sociétés qui disruptent l'industrie financière


Une néobanque en mode Tinder : « swiper » c'est prêter

Par Ygal Tmim, cofondateur de Fintch


Banque et réseau social à la fois : la néobanque française Fintch a réussi à fédérer en moins d'un an une large communauté d'utilisateurs actifs et s'apprête désormais à se déployer avec un réseau de plus de 7500 buralistes en France. Un nouveau modèle de néobanque original mais observé de près dans le monde de la finance...

La banque du futur sera-t-elle un réseau social ?

Et si l'avenir des banques était de devenir des réseaux sociaux ? Idée saugrenue ...ou pas : en ce début d'année, on apprend que facebook va lancer sa propre cryptomonnaie pour transformer son réseau social en une gigantesque banque en ligne qui ne dit pas encore son nom.

« Je n'ai jamais considéré les banques en ligne comme profondément innovantes : elles ont seulement rattrapé avec succès le retard du numérique... Les véritables banques 2.0 seront celles capables d'intégrer la dimension sociale et collaborative », prédit Ygal Tmim le cofondateur de Fintch.

Devenir un banquier du dimanche et arrondir ses fins de mois

La néobanque s'est fait connaître pour proposer des micro-crédits entre utilisateurs. Certains prêteurs sont devenus de véritables banquiers du dimanche et touchent jusqu'à plusieurs centaines d'euros par mois en octroyant des prêts à des particuliers. L'économie collaborative, ça marche donc aussi pour faire fructifier son épargne !

Depuis son app mobile, le prêteur du dimanche swipe en mode Tinder tandis que l'emprunteur peut obtenir en quelques jours seulement jusqu'à 2000 euros avec un joli sourire et un minimum de paperasse. Ils peuvent tchatter, se rencontrer aussi... la légende raconte que quelques couples se seraient même formés ! Les bons comptes font les bons amis, et plus si intérêts.
Notez

le Mercredi 1 Mai 2019 à 22:51 | Lu 464 fois

Nouveau commentaire :