Planet-Fintech
L'actualité des sociétés qui disruptent l'industrie financière

Investir est ? la port?e de tous


Comment aider à libérer les salaires des Français et améliorer leur bien-être financier ?

Une étude OpinionWay* pour Rosaly


Cinq enseignements majeurs émergent de cette étude :

● 67% des Français appréhendent les dépenses imprévues en 2022, surtout les femmes (72%) et les jeunes (77%),

● 57% des moins de 35 ans aimeraient être payés deux fois par mois,

● Parler d'argent avec leur employeur, un tabou encore bien trop présent,

● Les Français semblent ignorer qu’une demande d’acompte sur salaire ne nécessite plus de se justifier,

● Enfin, 46% des Français ne confieraient la gestion de leur budget à aucun candidat à la présidentielle.



Le mardi 22 février 2022 - Rosaly est une fintech innovante à impact social qui ambitionne d’améliorer le bien-être financier et le pouvoir d’achat des Français grâce à l’acompte sur salaire et à une meilleure éducation à la gestion de leur budget. En cette année où le pouvoir d’achat est en tête des préoccupations des Français, Rosaly a commandé à OpinionWay une enquête pour en savoir plus sur les souhaits des Français par rapport à leur budget, et la gestion de leur salaire. En voici les principaux enseignements.

En ce début d’année 2022, ce sont surtout les femmes et les jeunes qui sont partagés entre envie d’épargner et craintes pour l’avenir :


75% des femmes, ainsi que les plus jeunes (à 82% les 25-34 ans, suivis par les 18-24 ans (78%)) se distinguent de la population française par leur envie d’épargner plus en 2022 qu’en 2021.

Néanmoins, après deux années de crise sanitaire et économique, 72% des femmes et 77% des 25-34 ans ont peur des dépenses imprévues. 61% des femmes interrogées craignent même une baisse de revenus.

Les Français les plus jeunes craignent particulièrement que leurs projets pour 2022 ne soient contrariés par des contraintes budgétaires : 63% des 18-24 ans et des 25-34 ans redoutent une baisse de revenus, et 61% des Français de moins de 35 ans ont peur ne pas avoir le budget nécessaire pour partir en vacances (13 points de plus que la moyenne).

Changer la périodicité des salaires et proposer l’acompte sur salaire, deux alternatives pour aider les Français à mieux gérer leur budget ?


En 2022, 54% des Français aimeraient mieux gérer leur budget qu’en 2021, une préoccupation qui concerne surtout :

  • 71% des moins de 35 ans (17 points de plus que la moyenne),

  • et à hauteur de 65% les foyers aux revenus de moins de 2000€ (11 points de plus que la moyenne).

Cette étude montre qu’un moyen efficace pour les y aider serait d’agir sur le mode de versement des salaires, et met en avant le pouvoir de l’employeur de “libérer les salaires des Français” : Un changement de fréquence de versement des salaires est en effet plébiscité par les Français de moins de 35 ans et les revenus modestes.

Pour 39% des Français, si leur employeur leur versait leur paye tous les 15 jours, cela leur permettrait de mieux gérer leur budget et de s’en sortir en cas de dépense imprévue. Le rythme idéal préconisé.

  • Ils sont 27% à préconiser un salaire toutes les semaines,

  • Et 19% en temps réel, tous les jours.

Les moins de 35 ans et les revenus modestes semblent particulièrement intéressés :

  • Le versement des revenus tous les mois ne convient pas à de nombreux jeunes Français de moins de 35 ans : 57% des moins de 35 ans aimeraient recevoir leur salaire tous les 15 jours (61% juste pour les 18-24 ans), 46% toutes les semaines et 29% tous les jours.

  • Ce nouveau système de versement des salaires plairait aussi beaucoup aux revenus modestes : 49% des Français gagnant moins de 2 000 € par mois souhaiteraient avoir leurs revenus tous les 15 jours pour faire face aux dépenses imprévues, 34% toutes les semaines et 25% tous les jours.

Par ailleurs, différentes solutions existent, digitalisées ou pas, auxquelles les Français ont eu ou pourraient avoir recours. Les chiffres indiquent que ce sont surtout les femmes et les plus jeunes qui sont concernés :

  • Utiliser un budget planner : à 53% les femmes et 59% les 18-24 ans

  • Utiliser uniquement le paiement en espèces pour les achats plaisir : à 48% les femmes et 58% les 18-24 ans

  • Diviser ses revenus en 4 ou 5 avec un budget par semaine : à 44% les femmes et 61% les 18-24 ans

  • Utiliser une application de suivi des dépenses : à 32% les femmes et 51% les 18-24 ans

  • Répartir ses revenus par type de dépense dans différentes enveloppes : à 40% les femmes et 49% les 25-34 ans.

L’acompte sur salaire, idéal pour regagner du pouvoir d’achat, un droit encore tabou… pour de mauvaises raisons ?


Les salariés disposent d’une autre solution pour éviter de terminer le mois avec un solde bancaire négatif… et de payer des agios très onéreux : l’acompte sur salaire, qui fait partie de leurs droits et ne peut être refusé par leur employeur**.

Mais cet acompte sur salaire est encore peu utilisé : 26% des salariés du secteur privé déclarent qu’ils en ont déjà demandé un à leur employeur ou pourraient le faire en cas de dépense imprévue, surtout :

  • 28% les femmes (vs 23% les hommes)
  • 36% les 18-24 ans et 35% les 25-34 ans, loin devant les plus âgés
  • 31% disposant de revenus inférieurs à 2000€
  • 33% situés majoritairement en île de France.

Si cette solution est simple et depuis peu extrêmement rapide et discrète à obtenir pour les salariés grâce aux nouvelles technologies, cette étude met en évidence le manque d’information des Français sur ce point et révèle des réticences qui sont devenues en grande partie obsolètes.

Le frein principal des salariés : la gêne à l’idée d’évoquer des difficultés financières :

  • avec leur employeur pour un tiers des salariés du secteur privé (34%), les femmes bien plus largement que les hommes (40% vs 28% !)

  • par peur que leurs collègues n’entendent parler de leurs difficultés financières pour 14%.

  • La principale raison avancée, par 46% des salariés du privé, est qu’ils préfèrent utiliser leur épargne pour financer des imprévus. Mais il s’agit en fait à 56% des 50-64 ans et à 51% des salariés aux revenus compris entre 2000€ et 3500€ et plus. Et cela peut être une solution-refuge qui masque en réalité une gêne.

Notons que parmi les autres raisons :
  • 14% des salariés du privé ont peur que leur employeur leur refuse ce droit,
  • 13% craignent les formalités administratives à réaliser,
  • et que même 11% avouent ne pas savoir qu’ils y ont droit.

Arbia Smiti, Présidente fondatrice de Rosaly s’étonne “Ce qui est incroyable en cette période où le pouvoir d’achat est la préoccupation numéro un des Français, c’est qu’avec l’usage des nouvelles technologies on peut déjà commencer par payer mieux les Français, pas forcément plus. Avec notre appli Rosaly qui permet au salarié d’avoir son acompte sur salaire en un clic, discrètement, sans se justifier, gratuitement et sans formalités, en simplifiant même le travail de son DRH, on voit que tous ces freins exprimés sont obsolètes… mais que les Français ne le savent pas encore assez. Il faut donc vite faire tomber ce tabou, cela permettrait aux Français d’économiser les 7 milliards d’agios bancaires qu’ils paient chaque année à leur banque en France !”.

Enfin, les Français ne confieraient pas leur budget aux candidats à la présidentielle !


Quatre mois avant l’élection présidentielle, la gestion économique de la France est au cœur de tous les débats. A la question : “Auquel des candidats à l’élection présidentielle suivants confieriez-vous la gestion de votre budget ?les sondés ont répondu à 46% qu’ils ne la confieraient à aucun ! Les femmes étant en majorité sur ce point à 53% contre 38% pour les hommes, et les 50-64 ans en tête à 52%.

Ensuite, les Français mettent en avant trois candidats parmi les favoris :

  • En tête, 17% accorderaient leur confiance au Président sortant, ancien banquier d’affaires et ex-ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. Surtout les hommes (20%, vs 14% de femmes), et les 18-24 ans,

  • suivi de Marine Le Pen (10%) quasiment à égalité hommes-femmes, et à 14% les 25-34 ans,

  • et de Valérie Pécresse (8%). 9% pour les hommes contre 6% pour les femmes, et 18% les 65 ans et plus.

* Une étude OpinionWay réalisée pour Rosaly du 5 au 6 janvier 2022 et du 26 au 27 janvier 2022 auprès d’échantillons respectivement de 1027 et de 1028 personnes, représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus, constitués selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

Les interviews ont été réalisées par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview). OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.


** Source : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A15185

A propos de Rosaly :
Rosaly est une Fintech innovante à impact social, fondée fin 2019 par Arbia SMITI, serial entrepreneure tech, qui aide les entreprises à améliorer le bien-être financier de leurs salariés en fluidifiant l’accès au salaire et en apportant conseils et éducation budgétaire à l’aide d’une application. Côté employés, Rosaly leur permet d'aborder plus sereinement les fins de mois difficiles et d'éviter les frais de découvert ou les prêts à la consommation. Côté entreprise, Rosaly a un impact positif fort sur la marque employeur, la rétention et l'engagement des employés et supprime des coûts administratifs importants dans la gestion actuelle des demandes d'acomptes en interne.


Mardi 22 Février 2022



Nouveau commentaire :