Le marché du Bitcoin ressemble à celui de «début 2016» - juste avant son Bull Run?

La crainte d'une possible hyper-inflation suite aux injections massives de liquidités pour soutenir l’économie rend attractif tout actif rare
ayant une quantité fixe et immuable


Bitcoin ainsi que le marché des crypto-monnaies ont repris de la vigueur au cours des derniers mois.

Après des mois d’atermoiements et une dégringolade (à moins de 4.000 dollars) causée par les besoins en liquidités des investisseurs suite au Krach des marchés traditionnels, Bitcoin a rebondi aux alentours des 12.000 dollars - stimulé par certains investisseurs de haut niveau pariant sur sa revalorisation.
Aujourd’hui, la structure actuelle du marché du bitcoin présente des similitudes avec celle de début 2016 avant que le bitcoin commence son mémorable et historique Bull Run . On peut dès lors présager d’une hausse de son prix.

A crise exceptionnelle, plans de relance exceptionnels…

Face à une telle crise de l’arrêt de la production, banques centrales et gouvernements ont appris de leurs errements découlant de la crise de 2008 : Agir vite ! Si cette réactivité, cruciale à la survie de l’économie, a été saluée par les marchés boursiers, nombre d’investisseurs avertis s’interrogent sur la valeur intrinsèque à venir de la Monnaie.

Une création monétaire sans actif en contrepartie laisse présager une érosion de sa valeur. L’arrêt de l’économie ayant été planétaire, les distorsions de change resteront toutefois marginales voire nulles.

Il n’en demeure pas moins que pour se couvrir du risque d’érosion monétaire, les investisseurs avertis ont commencé à se réfugier dans la seule valeur réputée refuge dans ce type de scénario possible, l’Or.

Son prix a atteint 2063 dollars, le 6 août 2020.

Bitcoin As Good As Gold ? Maybe Much Better

A l’instar du métal précieux, le bitcoin n’est disponible qu’en quantité limitée. Son plafond de 21 millions d’unités au terme de son émission en l'an 2140 a été fixé dans le protocole source. Ce nombre maximal est immuable et confère au Bitcoin une rareté intrinsèque, qui découle directement de son algorithme initial. Au-delà de 2140, la seule façon de s’en procurer sera d’en acheter sur les plateformes d’échanges!

C’est justement l’une des différences majeures avec les monnaies fiducaires (FIAT), dont la masse n’a de limite que l’imagination des banques centrales.

Certes, l'urgence économique implique des politiques de relance massives, nécessaires à court terme mais qui risquent d’engendrer de l’inflation à un horizon de temps inconnu mais peut-être bien plus proche qu’escompté.

Contrairement à l’euro et au dollar, le bitcoin ne peut pas être produit de manière arbitraire. Il échappe donc aux risques d’inflation.

Surtout, le bitcoin est une monnaie 100% décentralisée. La création de la devise repose entièrement sur la communauté des mineurs. Contrairement aux monnaies fiat, le BTC n’est émis ou contrôlé par aucun état, aucune banque ou organisme central. Nul ne peut donc décider de produire du bitcoin pour résoudre une crise économique. La crypto-devise est donc immunisée contre l’inflation.

Par ses qualités déflationnistes intrinsèques, Bitcoin peut devenir une solution refuge.

Nombre d’investisseurs ne s’y sont pas trompés. Paul Tudor Jones, qui s’était illustré en investissant judicieusement dans l’or avant qu’éclate la crise des subprimes s’est justement tourné vers le bitcoin ces derniers mois pour se couvrir contre une inflation qu'il voit inéluctable en raison des mesures de relance sans précédent utilisées par le gouvernement américain et la Réserve fédérale pour soutenir l'économie.

Cette conviction forte a fait monter le cours du BTC à son plus haut depuis juin de l'année dernière et a suscité une nouvelle vague de confiance parmi les investisseurs qui prédisent un retour à ses plus hauts historiques.

Fin 2017, Bitcoin avait frôlé les 20.000 dollars, après avoir démarré l'année à moins de 1.000, propulsé par une frénésie acheteuse incontrôlée de la part d’investisseurs particuliers.

Le phénomène pourrait se reproduire, mais cette fois, pour des raisons valables : effondrement des monnaies fiat, perte de confiance sur les dépôts bancaires...

On se souvient des haircuts au-delà de 100.000 euros sur les dépôts chypriotes en 2011 !

La cassure des 10.000 dollars à la hausse fin juillet a été le signal qu’attendait la communauté pour reprendre confiance. Une cassure franche et durable au-delà des 12.000 12.500 pourrait réveiller l’intérêt des particuliers.

Charge à eux, de se former pour éviter toute déconvenue liée à ce type d’investissement.

Pour approfondir sur le choix des plateformes:
plateforme de trading bitcoin
.
.

Thibaut Berberian
Lundi 24 Août 2020
Lu 339 fois