Les Françaises prévoient d'augmenter leurs investissements en 2022 malgré une baisse de revenus


Les Françaises prévoient d'augmenter leurs investissements en 2022 malgré une baisse de revenus
N26 a voulu s’intéresser aux obstacles demeurant pour les femmes pour investir leur argent. Les résultats du sondage sont disponibles ici. Quelles sont leurs motivations et leurs préférences ? Quelle part de leur revenu mensuel investissent-elles, quels facteurs influencent leur capacité d’investissement et quelles différences demeurent face aux hommes ?



N26 a interrogé environ 2 000 femmes et 2 000 hommes qui investissent ou pas pour comparer leur comportement d'investissement. Il en ressort que cette pratique est encore largement perçue comme une activité dominée par les hommes (seuls 14 % des Français interrogés ne sont pas de cet avis). Ceci dit, l'appétit pour l'investissement chez les femmes ne cesse de grandir. Près des deux tiers (61 %) des femmes prévoient d'augmenter leur montant d'investissement mensuel d’environ un quart (28 %) de plus qu'elles ne le font actuellement.

Les Françaises comme les Français préfèrent les formes traditionnelles d'investissements

En France, 2 femmes sur 5 (39 %) qui investissent placent leurs économies sur des produits bancaires traditionnels, suivis de l'immobilier (31 %) et de l'assurance, y compris l'assurance-vie ou les fonds de pension (30 %). Comme pour les femmes, les hommes ont classé les trois mêmes catégories comme leurs premiers choix. Après les produits bancaires (38%), l'immobilier (30%) et l'assurance (29%), ils classent les crypto-monnaies au quatrième rang (29%), déclarant que ce produit d'investissement est beaucoup plus populaire chez les hommes que chez les femmes (17% des femmes investissent dans la crypto).

Les Français privilégient le rapport qualité-prix et investissent durablement

Lorsque l'on s'intéresse aux motivations des Françaises pour investir, la construction d'une sécurité financière pour leur famille ou leurs enfants vient en tête avec l'épargne pour la retraite (chacun 40%). En comparaison, chez les hommes, c’est la croissance de leur argent à long terme qui vient comme principale motivation (39 %).

Et qu’en est-il des femmes qui n’investissent pas encore aujourd’hui ?

Plus de la moitié (51 %) des femmes qui n'investissent pas actuellement envisageraient de placer leur argent dans l'immobilier si elles se lançaient, suivis par les produits bancaires (26 %) et les assurances (21 %). Les femmes qui n'ont jamais investi auparavant sont moins
ouvertes aux solutions numériques. Seulement 9% d'entre elles envisagent d'investir dans les crypto-monnaies et 2% se dirigeraient vers des jetons non fongibles (NFT).

Le manque de moyens, frein n°1 à l’investissement en France pour les femmes

Les deux groupes, les femmes qui investissent déjà et celles qui envisagent de commencer, citent le manque de revenu disponible comme le principal obstacle expliquant pourquoi elles n'investissent pas davantage et pourquoi elles n'ont pas encore commencé (respectivement 47 % et 56 %). Interrogées sur ce qui les aiderait à passer le cap, 23 % des femmes qui n'investissent pas encore aimeraient que les informations sur l'investissement soient plus accessibles et 21 % souhaitent que les femmes en parlent plus ouvertement. Nous notons également que les hommes se sentent plus confiants que les femmes (81% contre 74%) et plus informés (61% contre 49%) quand on parle investissement.

Nos recherches montrent que le domaine de l'investissement évolue et dépasse cet à priori qu’il serait l'apanage des hommes même s’il nous reste du chemin pour définitivement casser ce plafond de verre. Cela avance dans le bon sens. Par exemple, nos recherches auprès des utilisateurs montrent que la part des femmes détenant des Bitcoins a triplé au cours des trois dernières années en Europe même si la part des hommes détenant des Bitcoins reste six fois plus importante. Ces deux chiffres à eux seuls résument à la fois les inégalités qui demeurent et le potentiel que représente ce marché demain”, explique Jérémie Rosselli, DG N26 France et BeNeLux.



À propos de N26
N26 construit la première banque globale que le monde aime utiliser. Lancée en 2015, elle a été fondée par Valentin Stalf et Maximilian Tayenthal. N26 compte aujourd’hui plus de 7 millions de clients, dans 24 marchés, dont presque 2 500 000 en France. Plus de 1 500 employés travaillent ensemble depuis 10 villes : Amsterdam, Belgrade, Berlin, Barcelone, Madrid, Milan, Paris, Vienne, New York et São Paulo pour réinventer l’expérience bancaire afin de l’adapter aux modes de vie de plus en plus connectés des utilisateurs. Les services de N26 sont disponibles sur Android, iOS et depuis son application web. L’objectif : repenser la banque du 21ème siècle pour la rendre simple, rapide et moderne. Grâce à une licence bancaire européenne, à des technologies de pointe et à l’absence de succursales bancaires, N26 façonne dès aujourd’hui la banque de demain. N26 a levé près de 800 millions de dollars auprès d’investisseurs reconnus comme Insight Venture Partners, GIC, Tencent, Allianz X, Valar Ventures, le fonds de Peter Thiel, Horizons Ventures appartenant à Li Ka-Shing, Earlybird Ventures, Battery Ventures, mais aussi auprès des membres de l’équipe de management de Zalando et Redalpine Ventures. N26 est actuellement présente dans les pays suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Islande, Irlande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède et en Suisse.

Lire aussi : Les clients N26 gagnent plus mais ce sont les clientes qui épargnent davantage
.


Vendredi 8 Avril 2022
Lu 405 fois



Nouveau commentaire :