Baromètre Joko - Impact du (dé)confinement sur 12 secteurs du retail


Paris, 26 mai 2020 - En s’intéressant à douze secteurs, Joko a réalisé une étude à propos de l'impact du Coronavirus sur les dépenses effectuées ces dernières semaines en France pour "prendre le pouls" de la reprise économique. L’étude se base uniquement sur les données bancaires agrégées et anonymisées de 100 000 utilisateurs âgés de 18 à 35 ans du 02 mars au 17 mai. Toutes les dépenses analysées ont été effectuées par carte bancaire, en ligne ou en magasin.

Grande distribution : Craignant une potentielle pénurie, les ventes en grande distribution ont crû dès la semaine du 02 mars. Au global, la croissance - cyclique - des ventes se stabilise autour de +23% à la fin du confinement ; une croissance néanmoins contrastée entre commerces de proximité et hypermarchés.

Restauration rapide : Les acteurs fast food n’ont pas tous adopté la même stratégie face aux mesures annoncées : réouverture progressive pour McDonald’s ; drive pour KFC, accélération de livraisons à domicile pour Domino’s Pizza, qui revient à son niveau pré-confinement dès la semaine du 27 avril.

Food Delivery (1/2) : Après une baisse significative des ventes les deux premières semaines de confinement, la livraison de repas à domicile a renoué avec la croissance et retrouvé une activité supérieure à celle préconfinement ; après quelques turbulences, Uber Eats gagne finalement 5 points de parts de marché.

Food Delivery (2/2) : Une tendance s’est nettement détachée pendant le confinement : l’essor des enseignes de livraison de paniers à cuisiner à la maison. La proposition de valeur de Quitoque et HelloFresh a su séduire les Français pendant le confinement. Le temps dira si cette habitude perdurera ...

VTC : Les VTC ont été touchés de plein fouet par le confinement : la perte d’activité avoisine les 60% la semaine du 04 mai. Dès le 11 mai, les courses bondissent et l’indice sectoriel recouvre 70% de son niveau pré-confinement. Uber, avec ses 10 points de parts de marché gagnés, sort gagnant de cette première semaine.

High Tech et électroménager : Suite à deux premières semaines de confinement compliquées, les brick & mortar remontent progressivement la pente avant de croitre fortement dès le 11 mai. À l’inverse du boom attendu, les pure players, après une hausse de leurs ventes la troisième semaine (et des déconvenues avec la justice pour Amazon) voient leurs ventes stagner.

Jeux vidéo : Microsoft Xbox, Instant Gaming et Playstation Network ont vu leurs ventes évoluer de manière similaire depuis le début du confinement. Nintendo, et sa Switch, a connu une hausse fulgurante de ses ventes (x7) dès la première semaine du confinement, avant qu’elle ne soit en rupture de stock. L’évolution de l’indice sectoriel semble converger vers un retour à la normale ?

Retailers fashion : Primark, à l’instar de ses concurrents, a dû fermer ses points de vente physiques ... à la différence près que l’enseigne n’avait pas de plateforme de e-commerce sur laquelle se rabattre. H&M et Zara ont su réagir rapidement, mais c’est Kiabi qui profitera le plus du dé-confinement, dont les parts de marché plus que doubler.

Pure players fashion : Dès la première semaine du confinement, Shein et Asos (dans une moindre mesure) ont convaincu les Français de faire leur shopping en ligne ... jusqu’au 11 mai ? Vinted rouvre son site à partir de la quatrième semaine et retrouve presque son niveau d’avant confinement, tandis que Zalando maintient le cap.

Beauté : Pendant le confinement, Sephora, Yves Rocher et Nocibé, à dominante de points de ventes physiques, ont vu leur chiffre d’affaires drastiquement baisser, tandis que les ventes de Beauté Privée et d’Aroma-Zone ont explosé. Le succès d’Aroma-Zone s’explique aussi pour l’attrait des Français pour le DIY durant cette période. Les tendances qui s’inversent complètement dès le de-déconfinement.

Bricolage : Suite au confinement, les acteurs 100% en ligne ont enregistré une hausse de leurs ventes allant jusqu’à 2,4x pour Brico Privé et 2,8x pour ManoMano. Pour faire face, les trois autres acteurs ont notamment mis en place le drive. À l’instar de la beauté, l’inversion de ces tendances s’accentue dès le dé-confinement.

Jardinage : Confinement et retour des beaux jours, un duo gagnant pour le jardinage ? Il semble que dès la deuxième semaine du confinement cela ait été le cas. Les ventes du secteur ont crû de 35% par rapport au niveau pré-confinement et Gamm Vert sort particulièrement gagnant de la période.

À propos des études Joko
Joko réalise des études de marché 100% basées sur la donnée de paiement et permet aux enseignes de mieux comprendre les habitudes de consommation des 18-35 ans. Joko dispose en effet d’une compréhension très fine des habitudes de leurs achats grâce aux millions d’euros de transactions traitées quotidiennement : plus d’un milliard et demi d’euros de transactions ont déjà été traitées par Joko. Avec l’accord de ses utilisateurs, Joko permet ainsi aux enseignes de comprendre, sur la base de statistiques agrégées et anonymisées, leur positionnement vis-à-vis de leur marché et de leurs concurrents.

À propos de Joko
Créée en 2018 par Xavier Starkloff, Nicolas Salat-Baroux et Alexandre Hollocou, Joko propose une application gratuite à destination des millennials qui réinvente la carte de fidélité. Elle permet à ses utilisateurs d’être récompensés par leurs marques préférées simplement en payant avec leur carte bancaire. L’entreprise française compte plus de 50 enseignes partenaires parmi lesquelles Franprix, Leroy Merlin, Kapten ou Birchbox. Les utilisateurs téléchargent l’application, connectent leur carte bancaire et procèdent à leurs achats en ligne ou en magasin chez leurs marques préférées. Ils cumulent ainsi des points de fidélité lors de chaque paiement qui donnent droit à de cadeaux, des cartes cadeaux ou qu’ils peuvent offrir à des associations.

Téléchargez le baromètre en entier :

le Mercredi 27 Mai 2020 à 10:44 | Lu 353 fois

Nouveau commentaire :