Planet-Fintech
L'actualité des sociétés qui disruptent l'industrie financière


Fintech : les grandes tendances 2022 exposées au Web Summit

Tribune exclusive du HUB612 pour Planet Fintech


Fintech : les grandes tendances 2022 exposées au Web Summit
Lors de sa présence au WEB SUMMIT, le plus grand rassemblement Tech d'Europe, l'équipe du HUB612 a profité des nombreuses conférences et de la présence d'acteurs FinTech internationaux pour dresser l'état des lieux des grandes tendances et innovations du secteur.

Cette semaine se déroule à Lisbonne Le Web Summit, le plus grand rassemblement Tech européen. L’équipe du HUB612 a fait le déplacement, accompagnée de plusieurs startups du HUB612, qui amorcent leur virage à l'international. L’accélérateur VC de la caisse d’Epargne Rhône Alpes spécialiste des FinTech n’a pas manqué une miette des conférences qui s’y sont tenues. L’occasion parfaite de faire point sur les tendances fintech du moment et celles qui stimuleront l’innovation et le changement dans le secteur au cours des prochains mois. Malgré la diversité des acteurs présents sur Le Web Summit, de grands axes communs ont été mis en lumière.

Les FinTech sont confrontées à un contexte plus compliqué


De nouveaux challenges émergent

L’accès au financement s’est considérablement durci en 2022. Une véritable course à la rentabilité est engagée pour les FinTechs. “Nous devons apprendre à devenir indépendants des financements extérieurs” explique Maximilian Tayenthal, fondateur et co-dirigeant de la néobanque allemande N26, qui n’est pas encore parvenu à la rentabilité malgré ses 8 millions de clients “mais c’est aujourd’hui l’objectif. Si nous devons lever des fonds à l’avenir, ce sera pour investir dans des activités à forte rentabilité”.

Conséquence de ce nouveau contexte, un mouvement de rationalisation est en cours

Il y a un rééquilibrage entre cash burn et rentabilité qui est en cours”, constate Maximilian Teyenthal. pour qui “ce n’est plus l’époque des grandes IPO. Il faut être autonome pour pouvoir attendre que le marché soit à nouveau prêt”. Pour T.S. Anil, CEO de la néobanque britannique Monzo “acquérir de nouveaux clients coûte cher aujourd’hui. D’où la nécessité de se poser cette question : faut-il courir après la croissance, ou après la marge ?”

Les effets pervers de cette rationalisation

Pour Charles Mac Manus (CEO de Clearbank) “Les entreprises qui sont à court de cash doivent réduire leurs ambitions et leur train de vie pour viser la rentabilité. Mais elles se retrouvent aussi dans une position difficile pour saisir les opportunités du marché

Les challenges de de 2021 sont toujours là


Autre challenge : la réglementation

Les Fintechs doivent composer avec les exigences du régulateur. Ceci est vrai non seulement en France et en Europe, mais aussi dans le monde entier, y compris dans les pays émergents. “C’est un fait : la régulation n’évolue pas aussi vite que la technologie. Il faut apprendre à faire avec et à dialoguer avec le régulateur”, analyse Babs Ogundeyi, CEO de Kuda, une néobanque présente dans plusieurs pays africains.

Ces enjeux réglementaires se posent aux Fintechs comme aux banques traditionnelles qui souhaitent innover. “Nous discutons régulièrement avec le gouvernement et avec la Banque de France pour faire avancer les projets portés par les startups qui sont aujourd’hui intégrées à notre groupe”, explique Claire Calmejane, directrice de l’innovation du groupe Société Générale.

Pour Charles McManus, CEO de Clearbank, “la régulation est quelque chose qui nous est imposé à cause d’une minorité qui ne se comporte pas correctement. Mais c’est aussi un moyen de protéger nos clients”.

Les fintechs sont en effet toujours confrontées à la nécessité de susciter la confiance chez leurs clients. “Gagner la confiance des utilisateurs est un enjeu vital. Nous avons des clients qui arrivent tous seuls chez nous parce qu’ils ont confiance dans notre produit”, assure T.S. Anil, CEO de Monzo.

Face aux belles opportunités, les FinTech demeurent optimistes


“Il y a encore des opportunités énormes” assure Carolyn Rodz, CEO de Hello Alice, qui explique aussi que pour réussir “les Fintechs doivent apprendre à travailler avec les infrastructures déjà existantes”.

Cet optimisme est partagé par plusieurs acteurs de la Fintech, à l’instar de Rodolphe Ardant, fondateur et CEO de Spendesk : “Certains business models vont devenir plus forts en 2022 car ils ont été éprouvés en 2021. Nous n’en sommes qu’au tout début de la disruption.” Même son de cloche chez Maximilian Teyenthal (N26) : “Oui, certaines entreprises ont vu leur croissance ralentir après le coup de fouet donné par la crise sanitaire. Mais le bilan reste positif. Les difficultés actuelles, ce n’est qu’un cycle. Le marché s’est resserré, mais il repartira un jour.”

Une ambition commune à tous : proposer de nouveaux usages qui répondent aux aspirations des utilisateurs


Beaucoup d’intervenants ont souligné le même constat lors du Web Summit : la technologie n’est pas un fin en soi. Elle doit être au service des usages. C’est à ce prix que se présenteront les nouvelles opportunités.

Pour T.S. Anil (Monzo] : “Il y a d’énormes débouchés auprès des professionnels, notamment des TPE et PME. À condition de savoir leur proposer les outils adéquats, ceux qui les aideront à prendre les bonnes décisions pour leur business”.

Pour Claire Calmejane, directrice de l’innovation chez Société Générale : “Nous innovons avec un but en tête : trouver des solutions aux problèmes de nos clients”.

Marque employeur : les FinTech en quête de leur culture d’entreprise


Pour devenir des entreprises (à succès) comme les autres, les Fintechs doivent travailler leur identité, et acquérir une véritable culture d’entreprise. La guerre des talents est en effet un enjeu clé de développement pour les FinTech qui peinent à recruter et fidéliser des talents
Tech. C’est notamment l’avis de T.S. Anil (CEO de Monzo : “Nous sommes obsédés par la culture d’entreprise. Vous pouvez avoir le meilleur produit ou la meilleur technologie, mais sans les bonnes personnes et la bonne culture, ça ne pourra pas être un succès”.

Mot de la fin à Anne Boden, la CEO de Starling Bank, qui affirme : “Je n’ai pas fondé Starling pour la revendre, mais pour apporter une culture différente…"



A propos du HUB612
HUB612 accompagne plus de 50 startups Tech opérant dans le domaine de la transformation numérique (services BtoB), des FinTech, de l’InsureTech et du Web3. Lancé en mai 2016 sous l'impulsion de La Caisse d'Epargne Rhône Alpes, HUB612 déploie ses services partout en France grâce son offre d’accompagnement à distance et héberge des entreprises à Lyon (Part Dieu + H7). HUB612 soutient les startups DeepTech proposant notamment des solutions IA et Blockchain. Les startups accompagnées par HUB612 peuvent prétendre à un financement en ultra amorçage par le véhicule HUB612 Participations. HUB612 est membre actif du bureau de French Tech One.


Vendredi 4 Novembre 2022
Lu 1781 fois



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 9 Mars 2020 - 11:42 Fintechs Ethiques & Communautaires


Nouveau commentaire :