Les cartes bancaires "crypto" arrivent en force


Alors que la plupart des néo-banques permettent de transférer et dépenser de l'argent dans la plupart des monnaies fiduciaires, les monnaies cryptographiques restent souvent cantonnées à des réserves de valeur spéculatives. C'était cependant sans compter la démocratisation du bitcoin et de l'ether qui pousse leurs détenteurs à vouloir les dépenser plus facilement dans le monde réel. Aujourd'hui, les cartes crypto remplissent très bien cette mission, et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'offre s'enrichit très rapidement.

Il existe tout un univers de cartes et comptes bancaires pour les payer en euros ou en dollars, mais il n'y avait pas, jusqu'à récemment, de cartes bancaires pour les détenteurs de cryptomonnaies. Alors que la plupart des néo-banques permettent de transférer et dépenser de l'argent dans la plupart des monnaies fiduciaires, les monnaies cryptographiques restent souvent cantonnées à des réserves de valeur spéculatives. C'était cependant sans compter la démocratisation du bitcoin et de l'ether qui pousse leurs détenteurs à vouloir les dépenser plus facilement dans le monde réel. Aujourd'hui, les cartes crypto remplissent très bien cette mission, et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'offre s'enrichit très rapidement.

Les cryptomonnaies sont-elles de vraies monnaies ?


C'est une question qui fait débat. Les États ne reconnaissent pour l'instant que les monnaies fiduciaires créées par leur banque centrale. Le problème n'est donc pas dans le fait que la monnaie soit digitale, mais plutôt qu'elle soit décentralisée et donc qu'elle échappe au contrôle des États. Pourtant la Chine, la Suisse et d'autres États souverains commencent à ouvrir la porte au Bitcoin ce qui entrevoit la possibilité d'un changement à venir. La reconnaissance d'une cryptomonnaie comme comme monnaie officielle permettait par exemple d'acheter un bien via une transaction en Bitcoin, sur la base d'une valeur elle aussi définie en Bitcoin. Cela rappelle la période de transition entre le Franc et l'Euro qui faisait apparaitre deux prix pour chaque bien. Mais en attendant de pouvoir effectuer des transactions uniquement en bitcoin dans le monde réel, comment dépenser ses cryptomonnaies ?

Plateformes d'échange et cartes cryptos


La plupart des détenteurs de cryptomonnaies utilisent des plateformes d'échange de monnaies cryptographiques comme Coinbase, Kraken ou BlockFi. C'est un moyen simple qui permet de se lancer en tant que débutant ou bien d'effectuer des transactions importantes. Dans ces exemples, les plateformes détiennent les clés (ou tokens) qui sont l'équivalent des pièces et billets pour les monnaies fiduciaires. Les détenteurs de cryptomonnaies peuvent ainsi convertir leurs Bitcoins en Euros, puis transférer la somme en Euros vers leur compte bancaire courant. Les problèmes d'une telle transaction sont les suivants : les frais de conversion s'additionnent et ne sont pas négligeables et, par ailleurs, la transaction n'est pas entièrement décentralisée ce qui ne plait pas aux amateurs d'anonymat.

L'alternative à ce premier scénario est la carte crypto. Elle permet d'effectuer un achat dans le monde réel avec son portefeuille (équivalent du compte coutant) en Bitcoin, Ether ou autre crypto. La transaction est totalement transparente pour le marchand comme pour l'acheteur. Bien que cette transaction fonctionne toujours avec une étape de conversion de devises, le processus ne nécessite pas d'action manuelle et il est moins coûteux en frais.

Quelles sont les offres et quelles sont leurs différences ?


La carte crypto la plus populaire aujourd'hui n'en est pas vraiment une car il s'agit de Revolut. Revolut permet d'acheter des cryptomonnaies de la même manière que l'on achète des devises étrangères. Revolut est un intermédiaire de plus dans la chaine d'échange qui n'a vocation qu'à détenir les tokens à la place du client. Ceci étant dit, Revolut participe à la démocratisation de cet usage grâce à une application très bien réalisée. Une autre carte, orientée pour les puristes cette fois, est la carte Bitwala qui permet de créer son propre portefeuille en Bitcoin et/ou en Ether. Bitwala ne détient aucune clé ce qui signifie que le détenteur du portefeuille est bien le propriétaire également. L'inconvénient de cette formule est que la perte du mot de passe maitre engendre la perte des cryptomonnaies qu'il contient... Autre possibilité : la carte Wirex qui supporte pas moins de 18 devises et qui promet les taux de change les plus bas du marché. Le choix s'étend encore avec les cartes Coinbase, Kraken, Crypto.com (la plus populaire), Binance, Cryptopay, Bitpay, etc. La dernière offre apparue cette année est la carte BlockFi qui est la seule carte de crédit (et non de débit). Cette dernière permet de débloquer un crédit à la consommation d'un montant inférieur à la moitié de son solde en Bitcoin. BlockFi est connu jusqu'à présent pour son taux de rendement exceptionnel (8,6%) sur son livret d'épargne en Bitcoin.

Quel avenir pour les cartes crypto ?


Au vu de l'engouement récent pour le Bitcoin et l'éther, les cartes crypto vont continuer à se développer de manière exponentielle. Ceci s'explique par le fait que les montants détenus atteignent un seuil qui dépasse celui de la curiosité. Les particuliers se posent aujourd'hui la question de quoi faire de ce capital qui prend de la valeur quotidiennement. L'utiliser dans sa vie de tous les jours répond à cette problématique et permet de réduire significativement le coût de la vie.
.


Fabien Paupier
Vendredi 5 Mars 2021
Lu 603 fois

Nouveau commentaire :