Paiements, développement durable et nouvelles priorités digitales de la banque de détail

Par Eli Rosner, directeur des produits et des technologies, Finastra


Paiements, développement durable et nouvelles priorités digitales de la banque de détail
Alors que des millions de consommateurs ont adopté les offres online, la COVID-19 a accéléré l'urgence d’une banque digitalisée. Selon une étude récente de Bain, cette transition est irrémédiable : 95 % des consommateurs ne reviendront pas en arrière. Au-delà du métier de la banque stricto sensu, la pandémie a fait éclore des poches de croissance inattendues. Voici comment je vois la banque de détail de demain.

Les paiements, un secteur en constante disruption


L'accélération de la digitalisation est particulièrement visible dans le secteur du paiement. Les confinements successifs ont encouragé les consommateurs à s’éloigner des paiements physiques et adopter à la place les paiements P2P et de compte à compte, en ligne et via des e-wallets . Un secteur de croissance inattendu est également apparu, celui des buy-now-pay-later ou autres modèles de paiement par acomptes, les consommateurs étant plus attentifs à leurs dépenses. L’augmentation des valorisations de sociétés comme Afterpay, Sezzle et Splitit, ainsi que les tours de table très importants d’autres comme Klarna et Affirm confirment bien cette tendance. Il faut s'attendre à de nouvelles disruptions à mesure que les big tech progressent dans cet environnement, multipliant nouveaux brevets et investissements dans les technologies de paiement et les start-ups.

L'essor des activités bancaires responsables et durables


Le développement des services bancaires numériques et la migration vers le cloud ont permis non seulement de mieux servir les clients en 2020, mais aussi de réduire considérablement les déplacements et les transactions papier, ce qui a eu un impact positif sur les engagements écologiques des banques. Le développement durable est un enjeu majeur depuis plusieurs années et le sera encore plus en 2021, les banques d'investissement déployant maintenant des indices pour mesurer leurs actifs à l’aune de critères écologiques, tandis que les prêts aux entreprises sont de plus en plus corrélés à la démarche environnementale des emprunteurs. Les fournisseurs de données, eux, accélèrent le
lancement d'outils de suivi du développement durable.

Enfin, l'adoption de l’open banking permet le développement d’applications de gestion des finances personnelles (PFM). C’est une opportunité très importante car le partage des données va atteindre un nouveau sommet en 2021. Le PFM - pour toutes les catégories de clients, y compris ceux qui éduquent leurs enfants aux questions financières - sera un secteur clé.

Redéfinition des priorités dans le retail


La Covid-19 a considérablement accru la demande de services bancaires numériques, non seulement pour les transactions "ordinaires", mais aussi pour l'octroi de prêts, les paiements, l’onboading et bien d'autres choses encore. Ce n'est plus le fait des jeunes utilisateurs, car les générations plus âgées se précipitent pour les adopter !

Ce "monde en distanciel" commence à peine à s'estomper mais continuera à influencer les décisions des banques, qui doivent trouver un équilibre entre des emplacements premium, des marges réduites et une capacité croissante à offrir un service complet à leurs clients. La digitalisation du front office va devenir une priorité.

Pour les banques en retard dans leur transformation numérique, l’heure des comptes a sonné. Il sera plus difficile de rattraper le temps perdu, en particulier pour celles dont le modèle est basé sur les relations personnelles. Les leaders du numérique tirent déjà parti des avantages de la banque à la demande (Bank as-a-Service, BaaS) et de la banque-plateforme (Bank as-a-Platform, BaaP). Ceux qui élargissent leurs activités grâce à des intégrations tierces et des API ouvertes peuvent effectivement ramener les budgets d'innovation à un niveau proche de zéro. 2021 sera l'année de l'intensification de ces efforts de transformation et de la conquête de parts de marché.

A lire également, du même auteur : 7 clés pour réussir sa stratégie de plateformisation
.

Jeudi 6 Mai 2021
Lu 306 fois

Nouveau commentaire :