Coronavirus et épargne : les dépôts bancaires continuent d’augmenter en Europe malgré la crise

Une étude de la Fintech Deposit Solutions sur le comportement des épargnants des différents pays de la zone euro pendant la crise montre que :
• Le total des dépôts bancaires dans la zone euro continue d’augmenter en mars 2020 : + 40 Md €
• Les épargnants français sont ceux qui ont déposé le plus sur leurs comptes bancaires : plus de 19 Md € au mois de mars
• Mis à part en Allemagne, le comportement des épargnants est très différent que lors de la crise de 2008, où les épargnants retiraient du cash du système bancaire


HAMBOURG, 19 mai 2020 – Au moment du déclenchement de la crise du coronavirus en Europe (mars 2020), les épargnants des plus grandes économies de la zone euro ont continué d’accroître leurs dépôts bancaires. C'est ce qui ressort d'une analyse publiée aujourd'hui par la FinTech allemande Deposit Solutions. En mars 2020, les Espagnols ont par exemple déposé 10 milliards d'euros supplémentaires sur leurs comptes de dépôt, tandis que l'Italie a enregistré 17 milliards supplémentaires et la France plus de 19 milliards. En prenant en compte tous les flux, positifs ou négatifs, le volume des dépôts dans les banques de la zone euro a augmenté de 43 milliards d'euros en mars 2020.

Au total, plus de 7 800 milliards d'euros sont actuellement détenus sur des comptes de dépôt dans les banques de la zone euro. Ce montant a augmenté de 750 milliards d'euros au cours des deux dernières années. Les banques allemandes détiennent de loin le plus grand montant de dépôts, avec 2 400 milliards d'euros.

Les 19 milliards d’euros déposés en mars par les épargnants français représentent une variation très significative. C’est près de la moitié du total des dépôts nets de la zone euro pour le mois et 3 à 4 fois plus que les mois précédents (7 milliards en février et 5 milliards en janvier). Le comportement des épargnants montre une différence marquée avec la crise financière de 2008 : les Pays-Bas, la France et l'Espagne avaient enregistré des retraits des comptes de dépôt en septembre 2008. En mars 2020, cependant, ces trois pays figuraient parmi les plus grands déposants nets. Les épargnants allemands, en revanche, ont effectué des retraits de leurs comptes de dépôt en 2008 comme en 2020. Pour l’ensemble de la zone euro, les dépôts nets avaient déjà diminué de manière continue dans les mois précédant septembre 2008 et avaient atteint leur point le plus bas avec la faillite de Lehman. En 2020, cependant, la croissance du volume des dépôts est restée stable, même au plus fort de la crise.

« La combinaison de la volatilité sur les autres classes d’actif, comme les actions ou les matières premières, et d’un effort d’épargne supplémentaire de la part des particuliers a eu pour conséquence de rendre les dépôts bancaires plus attractifs. Cette tendance a contribué à l’augmentation des volumes sur notre plateforme et a consolidé les dépôts bancaires comme la principale valeur refuge pour les épargnants.», déclare Fabien Cazes, Directeur France de Deposit Solutions.

Rédigé par Deposit Solutions le Mercredi 20 Mai 2020 à 13:56 | Lu 220 fois
Deposit Solutions

Nouveau commentaire :